Tél. : +33 (0)1 43 57 24 03

Contact en ligne
81 avenue de la République 75011 Paris

Legs de Marcel Liabastre(43)

numrisation0003_554

 Nous tenons à rendre un hommage tout particulier à Marcel LIABASTRE (43) , disparu en novembre 2007, qui dans son testament a légué à ESCP Europe Alumni le solde de ses comptes bancaires et le prix d’un appartement à Neuilly, à partager avec 3 autres associations, soit près de 150 000 Euros.


Alain LALLEMAND (61) dresse un portrait touchant de Marcel LIABASTRE dans ESCP Europe Magazine (juillet 2010)

"Ne connaissant de Marcel que certains aspects de sa riche et complexe personnalité, je me suis rapproché de ses meilleurs amis pour tenter de la cerner. Intelligence, dynamisme, honnêteté rigoureuse, altruisme sans faille, voir même « bel homme et fonceur avec 1000 idées à la minute », tous s’accordent à dire qu’il avait un sacré caractère qui lui a permis de mener à terme les projets les plus difficiles en se faisant parfois, il est vrai, quelques ennemis.


Certains traits de caractère d’un grand-père atypique sans doute : communard en 1871, échappant de justesse à l’exécution par la grâce de son jeune âge, le grand-père Auguste devenu ouvrier métallurgiste perd la vue et en profite pour acquérir une culture qui lui faisait défaut, devenant quasi ingénieur et déposant des brevets pour les machines qu’il invente. C'est lui qui est à l’origine de l’entreprise familiale.


Né à Honfleur, Marcel y fait toutes ses études secondaires s’imposant auprès de ses camarades par son physique et son caractère très tôt affirmé. Il monte ensuite à Paris où, pour être franc, il ne laisse pas le souvenir d’un étudiant particulièrement assidu. Difficile de concilier cours et matchs de tennis au Racing, mais il finit par obtenir son diplôme malgré les menaces de ses professeurs. Il tisse avec ses camarades et notre École des liens affectifs très forts. Cinquante ans après sa sortie, il avait réuni pour la 1ère fois sa promotion à Honfleur, initiant une tradition de rencontres annuelles qui fonctionne encore.

De retour à Honfleur, Marcel prend la direction de la société familiale de fabrication de  matériel et d’objets en métal qu’il développe brillamment. Très vite, il rejoint ce qui est devenu le MEDEF où il s’impose rapidement parmi ses collègues de la métallurgie. En 1971, il prend la succession du Maire de Honfleur, début d’« règne de 24 ans » qui va lui permettre de faire revivre cette petite ville épargnée par les destructions de la guerre, mais enclavée et très en retard dans son développement. Il va prendre le traitement des problèmes avec énergie et créativité : création d’un réseau d’assainissement, mise en place d’un plan d’urbanisme, modernisation des écoles, dragage du port, création d’un nouveau port en eau profonde et d’une zone de stockage. Il redonne vie aux quartiers anciens de la ville ainsi qu’à ses monuments les plus prestigieux faisant de Honfleur la perle du Pays d’Auge. Il sera aussi de 1976 à 1986 un Vice-Président influent du Conseil Général du Calvados et un  conseiller régional de Basse-Normandie, s’impliquant dans les grands projets de l’estuaire de la Seine tel le pont de Normandie qu’il a regretté de ne pas avoir pu baptiser « pont de Honfleur ».

Grand gaillard, bridgeur redoutable, grand industriel, homme politique respecté, il était également un homme de grande culture, passionné de musique, historien de haut niveau, féru d’égyptologie. Il a pris part à la réhabilitation du musée Boudin et a su attirer des artistes comme Simon Chaye, lequel a transféré son atelier de tapisserie à Honfleur.

Et je serais incomplet si je ne rappelais pas sa fibre sociale qui l’a conduit à céder son entreprise à ceux qui y travaillaient, et son sens de l’amitié. Il aimait retrouver famille et amis dans son manoir de Roncheville où il laissait volontiers libre cours à un humour décapant."